Sélectionner une page

Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver devant une situation tout à fait étrangère à vos valeurs, vos principes, vos règles de vie ou à celles de votre milieu ambiant et que vous avez eu à faire un choix déterminant? Si tel est le cas, vous avez sûrement vécu une crise importante avec tout ce qu’elle a engendré comme stress.

J’aimerais vous partager une expérience à laquelle je ne m’attendais pas du tout et qui a bousculé profondément ma vie personnelle et professionnelle. J’ai été psychologue en bureau privé pendant 29 ans, jusqu’en décembre 2018. Au mois de juillet 2017, peu après la fin d’une démarche thérapeutique avec une cliente, j’ai débuté une relation amoureuse avec celle-ci. Nous étions conscients tous les deux de cette attirance affective réciproque. J’avais tenté quelques mois auparavant de mettre fin à la thérapie à cause de cette attirance mais certaines circonstances m’avaient amené à reporter cette décision. J’ai toujours été assez stricte sur les règles établies et je n’avais jamais entrevu la possibilité de les enfreindre. D’autre part, j’étais conscient que ce comportement allait à l’encontre de mon code de déontologie et que je m’exposais à une radiation. Finalement, j’étais en couple et je m’attendais à finir mes jours avec cette compagne. Alors, que s’est-il passé?

Dans les jours qui ont précédé ma décision d’entamer cette relation, j’ai lu cette citation de Khalil Gibran :

En vérité la soif de confort tue l’ardeur de l’âme, et suit alors ses funérailles en ricanant.

Le Prophète (1923)

J’ai eu l’impression de me retrouver à la jonction de deux voies et que je devais choisir entre l’amour ou la loi, entre la Vie ou la mort de « l’âme ». Je savais que le prix à payer serait très élevé et qu’il y aurait beaucoup de souffrance. J’ai fait le saut … et j’ai payé le plein prix. Après avoir été dénoncé à mon ordre professionnel, j’ai comparu devant mon Conseil de discipline et j’aurais été radié pour cinq ans si je n’avais pas pris ma retraite. Un article est paru dans le journal de Québec le lendemain de ma comparution, exposant au grand jour ma situation. Dans son jugement final, le Conseil a reconnu qu’il n’y a pas eu d’abus malsain de ma part et que mes sentiments étaient sincères. Je suis toujours en couple avec cette femme que j’aime profondément et qui a elle-même payé un prix excessivement élevé pour vivre cette relation. Professionnellement, j’ai pris une année sabbatique pour me remettre du stress vécu et pour me réorienter. L’idée d’être un consultant en gestion du stress m’a été inspiré par ma conjointe, cela m’offrant la possibilité de poursuivre mon but de venir en aide aux personnes en difficulté.

Je suis convaincu que certains d’entre vous ont vécu des expériences similaires, que vous avez transgressé un cadre établi pour être fidèles à ce que vous êtes, à ce que vous aspirez. Il faut une bonne dose de courage pour oser faire ce saut tout en assumant entièrement les conséquences engendrées. Oui la Vie nous met parfois au défi et ce sont des occasions de croissance et de transformation de soi qui valent amplement les tourments vécus.

Crédit Photo: Deposit photo